Fête de la Lune

La fête de la Mi-Automne ou Fête de la Lune 中秋节 (zhongqiujie) est une fête traditionnelle chinoise célébrée le 15e jour du 8ème mois lunaire.

La Lune, cette nuit-là, est particulièrement brillante, plus ronde et plus belle que le reste de l’année. Les Chinois considèrent la pleine lune comme symbole de la réunion familiale, et c’est pour cette raison, que ce jour est aussi appelé « Fête de la Réunion« .

Légendes

Pour cette Fête de la Lune, on raconte diverses légendes au sujet de la Lune, parmi lesquelles, l’histoire de Chang’e est la plus connue :

Il y a très longtemps, la Terre était entourée de dix soleils, chacun illuminant à son tour la Terre. Mais un jour, les dix soleils sont apparus en même temps, bouillant les mers, desséchant les terres et la végétation. Les gens périssaient. Ce chaos fut sauvé par un courageux et habile archer nommé Hou Yin. A l’aide de son arc, il décrocha les neuf soleils, n’en laissant qu’un dans le ciel.

Après cet exploit, Hou Yi devint roi. Il commença à boire et à se comporter comme un tyran. Un jour, Hou Yi vola l’élixir de longue vie de la Reine-Mère céleste, espérant ainsi devenir immortel et régner éternellement. Mais sa belle épouse Chang’e but elle-même l’élixir afin de sauver le peuple des lois tyranniques de son mari. Une fois la fiole vidée, Chang’e sentit son corps flotté et s’envola jusqu’à la lune. Hou Yin aimait tant sa femme qu’il ne décocha pas la lune.

La légende disait que la nuit de la Fête de la Lune, si on observait attentivement la lune, on pouvait apercevoir Chang’e dans son palais.

A la nuit de la Fête de la Mi-Automne, chaque famille dressait une table couverte de fruits, de cacahuètes assaisonnées de poudre de cannelle, de taro… Au milieu de la table, il y avait encore une pyramide de Yuebing (gâteau de lune) ou un grand divisé en plusieurs parts, une pour chaque membre de la famille. Dans l’encensoir, on plantait un brin de soja représentant le laurier dans la lune. Quand tout était prêt, chaque membre de la famille s’inclinait face à la lune, afin de rendre hommage à Chang’e restée au palais lunaire. On disait aussi que comme Chang’e était une femme et qu’elle appartenait comme la lune au Yin (féminin), la cérémonie ne devait être célébrée que par les femmes.

Après la cérémonie, tout le monde s’asseyait autour de la table et se partageait les offrandes en bavardant. Puis les vieillards se mettaient à raconter des histoires sur la lune que les enfants, émerveillés, écoutaient attentivement.

Les gâteaux de Lune

Bien qu’apparu sous la dynastie de Tang, le yuebing 月饼 (gâteau de Lune) ne devint vraiment populaire que sous les Song grâce à la légende suivante :

Durant la dynastie Yuan, la Chine était gouvernée par le peuple mongol. Les dirigeants de la précédente dynastie Sung étaient mécontents de se soumettre aux lois étrangères, et essayèrent de coordonner une rébellion. Les chefs des rebelles, sachant que la Fête de la Lune approchait, ordonnèrent de fabriquer des gâteaux spéciaux. Dans chacun d’eux était caché un message avec un plan d’attaque. A la nuit de la fête, les rebelles réussirent leur attaque surprise et à renverser le gouvernement en place. Ainsi naquit la dynastie Ming. Aujourd’hui, on mange des yuebing ce jour-là pour commémorer cette légende.

De nos jours, les yuebing varient d’une région à une autre. Le yuebing de Xuzhou se caractérise par son enveloppe croustillante à feuilles multiples, il est fourré en général de cinq pépins, de purées des haricots rouges, de poivre chinois, le tout mélangé avec du sel et du sucre et de viande de porc; le yuebing de Beijing est préparé avec de l’huile et est farci de fruits secs, de purée de haricots rouges… ; celui de Guangdong a une forme élégante, une enveloppe mince, une couleur agréable et est farci soit de noix de coco, de purée de graines de lotus, de cinq pépins, de jaune d’œuf, de poulet, de jambon, ou encore de fleur de laurier.

A Paris, les yuebing (gâteaux de lune) sont vendus dans certaines pâtisseries en toutes saisons. Mais à l’approche de la Fête de la Lune (vers Septembre), vous pouvez en trouver dans tous les magasins ou pâtisseries asiatiques. Ces yueping sont de toutes sortes, fourrés de purée de graines de lotus, de noix de coco, de cinq pépins, etc; à vous de sélectionner ceux que vous préférez (un choix qui pourrait s’avérer difficile à faire).

  • 2018: 24 septembre
  • 2019: 13 septembre
  • 2020: 1er octobre

Source: https://chine.in/amp/0/5/

A Tahiti, on peut acheter des « niet kong pian » au marché ou chez quelques particuliers (exemple: CIER FOC)

N’oubliez pas que la cérémonie doit avoir lieu cette année  le lundi 24 septembre 2018.

Un cocktail dînatoire au Koo Men Tong 1

Un cocktail dinatoire en attendant la soirée festivecocktail KMT1

L’association Koo Men Tong 1 (KMT 1) a organisé mercredi, dans ses locaux à Papeete, la fête de la jeunesse chinoise. Un événement annuel qui se déroule chaque 29 mars, en souvenir des 72 martyrs chinois. Cette année, l’association Hang Foung rattachée à KMT 1 et dédiée aux jeunes a décidé de célébrer la fête de la jeunesse le samedi 13 mai avec un spectacle, ce qui a provoqué dans un premier temps l’incompréhension des membres du conseil d’administration, car la date proposée est trop loin par rapport au 29 mars.

Mercredi soir, loin de la polémique, les anciens et les sympathisants de KMT 1 se sont retrouvés autour d’un cocktail dinatoire  » Je ne vais pas polémiquer sur cela, nous essayons simplement de satisfaire tout le monde. Mon grand souhait, c’est de voir les membres fréquenter ce lieu librement, c’est notre maison, c’est pour cela que je demande à tous les membres de continuer d’adhérer à notre association. Nous n’avons que trois manifestations dans l’année: le repas des matahiapo en février, la fête de la jeunesse le 29 mars et enfin la fête du double 10 en octobre », indique le président de KMT 1, Charles YEUN LONG MEHO.

Le vice-président Roland SAM a retracé en quelques minutes l’histoire des 72 martyrs tués lors d’une bataille, commémorés le 29 mars.

Article tiré de la Dépêche rédigé et photo prise par John HIONGUE

Un film sur la vie du martyr chinois CHIM SOO KUNG

L’association SINITONG et la société MTH Production ont signé le mardi 16 août 2016 une convention de partenariat pour la réalisation d’un docu-fiction sur la communauté chinoise polynésienne. Le film retracera: la vie du martyr chinois jusqu’à l’implication actuelle de la communauté dans la société polynésienne.

L’histoire de CHIM SOO KUNG

Chim Soo Kung a été guillotiné le 21 mars 1869 suite à une altercation sur la plantation d’Atimaono. Un lieu où les conditions de travail étaient très dures : des salaires de misère pour 6 jours de travail sur 7 et 12 heures par jour.

Lors d’une l’altercation liée à une dette de jeu, un Chinois fut poignardé et 16 personnes arrêtés : 8 Tahitiens et 8 Chinois dont Chim Soo Kung. Ce dernier était sans doute innocent mais il fut tout de même condamné à mort.
Roland Sam rédige actuellement un livre sur la vie de Chim Soo Kung et détaille son funeste destin.
Le Sinitong participe financièrement au projet mais apporte aussi ses connaissances historiques sur l’arrivée des premiers chinois. Les membres de l’association participeront à la deuxième partie du film consacrée à l’implication de la communauté chinoise dans la vie économique et social du fenua.

Lire la suite

Rencontre avec l’Ambassadeur de Chine en France

L’ambassadeur de Chine à Paris en visite au fenua

Il a été accueilli par les représentants du gouvernement, les membres des différentes associations culturelle chinoise ainsi que de nombreuses personnalités de la communauté chinoise.

PlayPause
Slider
Vous pouvez retrouver des articles de cette visite:

Remise de Prix aux Lauréats de Mandarin 2016

Comme chaque année l’association culturelle chinoise SINITONG encourage et favorise la promotion culturelle de la langue et des traditions chinoise. Elle encourage notre jeunesse polynésienne en récompensant les meilleurs élèves aux Baccalauréat aux épreuves de langue du Mandarin.

Cette année les lauréats sont:

– Monsieur HOANG Jacques venant du Collège, Lycée La Mennais en Terminale S ayant eu la note de 20/20 à l’écrit et obtenu une mention très bien au BAC.

– Mademoiselle SIN SHU YING Laetitia venant du Collège, Lycée La Mennais en Terminale STMG ayant eu la note de 20/20 à l’écrit et obtenu une mention bien au BAC. (absente)

– Mademoiselle HERSCHE Vaimiti venant du Collège et Lycée Samuel RAAPOTO en Terminale S ayant eu la note de 20/20 à l’écrit et obtenu une mention assez bien au BAC.

– Monsieur ARIITAI Hihivai venant du Collège, Lycée Samuel RAAPOTO en Terminale S ayant eu la note de 20/20 à l’écrit.

– Mademoiselle CAWEN Motuhana venant du Collège, Lycée Paul GAUGUIN en Terminale STMG ayant eu la note de 20/20 à l’écrit et obtenu une mention assez bien au BAC.

– Mademoiselle CHEOU Kristelle venant du Collège, Lycée Paul GAUGUIN en Terminale L ayant eu la note de 20/20 à l’oral et obtenu une mention bien au BAC.

Lauréats aux mandarin 2016

Lauréats du BAC au mandarin 2016

De gauche à droite: ARIITAI Hihivai, CAWEN Motuhana, CHEOU Kristelle,

HERSCHE Vaimiti, HOANG Jacques et Michaël représentant sa soeur SIN SHU YING Laetitia absente.

Après une petite interview de nos lauréats, tous nous confient de toujours vouloir poursuivre leur voie avec la langue du Mandarin, certains se voit devenir professeur, d’autres faire du commerce ou encore exercer le droit.

 

La Fête du Tsoung

L’association SINITONG organisa une manifestation en l’honneur du peintre « Chu Yuan » et en hommage à Rose JONC. Cet événement a pris place dans le parc « Tahua autonomie » jardin de paofai.

PlayPause
Slider

Diverses associations ont pu mettre en valeurs les activités qu’elles proposent:

L’association: Te Vahine Porinetia, Phisigma, Koo Men Tong, Philanthropique et l’institut Confucius

Au programme il y a eu:

– Démonstration et dégustation de « Tsoung » (gâteaux de riz gluant)

– Initiation, suivie de courses de Dragon-Boat dans la rade de Papeete

– Ateliers: Bouliers chinois, Mah jong, Origami

– Démonstration de Tai Chi et de danse chinoise

– Animation et démonstration de Ukulele

Retrouver un article de La fête du Tsoung  sur le site de TNTV